eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



MAP - publié le Mardi 14 Février à 16:51

Adama Ndaye : La micro-assurance et le digital contribueront à l'amélioration de la densité de l’assurance en Afrique



Marrakech - Les nouvelles niches telles que la micro-assurance et le digital, au regard de leur formidable expansion, pourraient contribuer à améliorer la densité de l’assurance en Afrique, a indiqué, lundi à Marrakech, le président de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF), Adama Ndaye.



"La FANAF s’intéresse également à la mise en place d’un système d’auto-régulation impliquant les principaux acteurs de l’assurance, régulateurs, assureurs, réassureurs et intermédiaires, pour assainir les pratiques des marchés et compléter le dispositif de contrôle actuel qui accorde la primauté à la situation financière des entreprises, a relevé M. Ndaye à l'ouverture de la 41-ème Conférence et Assemblée Générale de la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF), qui se tient sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.

Il a noté que cette Assemblée Générale de la FANAF, la toute première au Nord de l’Afrique pour bien marquer l’ancrage du Maroc, étudiera également l’adoption de règles plus réalistes pour les placements des sociétés d’assurances, par l’édiction d’une réglementation assise sur des principes en lieu et place des règles figées actuelles qui déresponsabilisent les dirigeants et limitent la contribution des sociétés au financement des économies et des entreprises.

De son côté, le président de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS), Hassan Boubrik, a souligné que les réglementations sur le marché africain sont appelées à se mettre en conformité avec les normes internationales de Solvabilité basée sur les risques.

Il a de même appelé à prendre en compte la spécificité des marchés pour la mise en œuvre de réglementations appropriées, tout en assurant une meilleure et grande intégration économique entre les pays africains de manière à tirer profit des importantes potentialités dont recèle le continent.

Les échanges se poursuivent à travers 6 panels sur des sujets parfois polémiques, que des professionnels avertis, venant d’horizons différents, sauront conduire et animer avec brio, pour donner les clés permettant de comprendre et d’anticiper les défis réglementaires, opérationnels et organisationnels du moment.

Née le 17 mars 1976 à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, la Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines, plus connue sous l’acronyme FANAF est une association professionnelle quarantenaire qui regroupe près de 200 sociétés d’assurances, de réassurance et des fonds de garantie automobile de 29 pays.

Organisée du 13 au 16 février sous le thème "Nouveaux enjeux réglementaires et défis opérationnels : quelle stratégie pour l’assurance africaine ?", cette rencontre se tient pour la première fois en dehors des pays de la zone de Conférence inter-africaine des marchés d’assurances (Cima) et connait la participation de plus de 1.300 professionnels du monde de l’assurance et de la réassurance.

Elle représente également une excellente occasion pour les participants pour tisser de nouvelles relations d’affaires et développer celles déjà existantes, notamment avec la présence de plusieurs assureurs et réassureurs internationaux.

Avec plus de 60 nationalités attendues, cette rencontre connait la participation des plus grandes compagnies d’assurances et de réassurance mondiales et la présence de plusieurs sommités dans le domaine.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

eMarrakech | 3 questions à | Actualités | Communiqués