eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



Amal Galla - eMarrakech - publié le Mercredi 12 Avril à 12:05

Agraw…le chant soufi des femmes amazighes





« Oh, mère ma chérie !

Je rêve des lieux saints… où rôdent pigeons… propres et innocents

Qui m’évoquent le paradis… Lieu éternel des croyants.. qui se lèvent dans l’aurore.. Prier pour Dieu

Que la prière et le salut … soient sur toi, notre prophète.. Nous croyons en ton message… »


Ainsi nous transportent les femmes de l’association Agraw de Tiznit dans les summums de la spiritualité avec leurs voies d’une mélodie aussi sensuelle qu’envoutante.
Photo: Youssef Tachfine
Photo: Youssef Tachfine

Leur passage à la médina de Marrakech, dans le beau patio de Dar Bellarj, n’est pas passé inaperçu.  La soirée du vendredi 7 avril a vu rayonner ces femmes amazighes de mille feux, récitant avec une harmonie inconditionnelle des louanges soufies, chantant leur amour à Dieu et au prophète.

Elles marient chant religieux et louange artistique multi-rythmique pour ainsi offrir à tous ceux qui ont la chance d’ouïr leurs prouesses, le plaisir de la dégustation musicale spirituelle de haut niveau.

L’accompagnement instrumental est tout aussi authentique ; les tambours  sont là pour chatouiller les esprits par des rythmes puisés au cœur du Souss..et quand les voix agréables agrémentent en chœur les lieux, l’on ne peut que chatoyer le ciel des sensations charmantes et bien douçâtres.

Outre les rythmes  authentiques, les femmes d’Agraw (qui signifie louange ou Madih) ont opté pour le choix bien fin des mots chantés, des mots traduisant spiritualité et croyance. Elles excellent dans leurs habits traditionnels, avec leur voile et un Ngab noirâtre comme pour dire aux spectateurs que la voix ne se lit pas sur les lèvres, elle se transmet vers l’esprit !

L’Association Agraw de louange et chants soufis fémininsest fondée à Tiznit par SafiaAdouhane, activiste expérimentée dans le domaine du socioculturel régional et national. La troupe féminine a déjà eu l’occasion de présenter tout son art au public marocain lors du Festival de Fès des Musiques Sacrées du Monde.

« Prière sur le prophète

Propriétaire du Bourak

Et la fleur de nos cœurs… »


Et le chant d’Agraw rythment les ténèbres des cœurs, chantant transhumance vers la floraison des béatitudes … Un champ sans fin.. Un chant sans faim !

               Partager Partager


Dépêches | eMarrakech | Tribune | em eng | Communiqués