eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



eMarrakech - propos recueillis par AG - publié le Lundi 8 Mai à 16:28

Bouchra Echcharqui : Le patrimoine culturel de Marrakech n’est pas estimé à sa juste valeur



Savons-nous vraiment mettre en lumière toute l’Histoire qui ensevelit tout le patrimoine marocain, qu’il soit matériel ou immatériel. Bouchra Echcharqui est une enseignante qui a choisi de suivre un cursus universitaire assez important pour une ville comme Marrakech, la Promotion du Patrimoine Territorial à Valeur Touristique. Elle nous livre ses soucis, ses ambitions et ses espérances quant au patrimoine de la cité ocre.



Ce cycle de formation professionnelle

Le cycle de la licence professionnelle « Promoteur du Patrimoine Territorial à Valeur Touristique » est une formation qui a commencé à Marrakech en 2009, elle a pour but le développement d’emplois et d’activités de conception de projets, de valorisation touristique de patrimoines territoriaux, et de gestion de structures liées aux sites remarquables.

Le patrimoine est-il, selon vous, estimé à sa juste valeur à Marrakech?

Marrakech est une ville riche en patrimoine culturel, une richesse issue des différentes civilisations qui se sont succédées dans cette cité (Almoravides, Almohades…). La médina animée abrite un nombre impressionnant de chefs d’œuvre architecturaux (les remparts la mosquée Koutoubia le palais Al Badii, le palai Al Bahia, les tombeaux Saadiens, la médersa Ben Youssef….), mais malheureusement ce patrimoine n’est pas estimé à sa juste valeur.

En effet, on l'exploite mais on n’essaye pas de caractériser, de conserver et de mettre en valeur cette richesse, même lors des tentatives de conservation de patrimoine, on ne pouvait que dégrader l’authenticité de ce patrimoine comme le cas des remparts de la ville de Marrakech.
Par ailleurs, on a un manque énorme d’activités de médiation et de mise en valeur des lieux patrimoniaux.

Bouchra Echcharqui
Bouchra Echcharqui
Des lieux historiques oubliés à Marrakech ?

En fait il y en a plusieurs, par exemple l’histoire du fragment des remparts de Qasr Al-Hajar, la première bâtisse qui a été construite à Marrakech, le fragment se trouve à côté de la mosquée Koutoubia.

Il y a également les fontaines saadiennes monumentales (Mouassine, Lala Ouda et Chrebo Chouf), caractérisées par l'architecture Hispano-mauresque.

A quoi est dû, pour vous, l’intérêt pour certains monuments plutôt que d’autres ?

L’intérêt à certains lieux par rapport aux autres est dû aux valeurs émotionnelles, à l’identité historico-esthétique, c’est à dire à la connaissance et la reconnaissance de ces sites patrimoniaux, à la transmission de l’histoire de ce site par génération.

Mettons-nous souvent en valeur toutes les facettes du patrimoine ?

En réalité, on fait souvent attention au patrimoine architectural et archéologique, mais il faut aussi valoriser d’autres côtés bien importants et surtout d’une valeur historique inestimable : l'art culinaire, l'art vestimentaire, les coutumes et les traditions marocaines.. Ce sont-là des atouts touristiques qui caractérisent notre civilisation.

               Partager Partager

eMarrakech | 3 questions à | Actualités | Communiqués