eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



Publié le Dimanche 23 Avril à 00:01

Il faut sauver les arbres de Marrakech ! un cri du cœur…



Depuis une dizaine d’années, les arbres de Marrakech ont été bien malmenés.



Ce furent d’abord les Jacarandas de l’avenue Abdelkrim el Khattabi, ces jacarandas qui faisaient la beauté de nos avenues quand ils déployaient leur couleur mauve au mois de mai. Ce furent aussi les ficus, ceux de l’avenue Hassan II comme ceux devant l’ancienne gare de chemin de fer . Ces ficus qui donnaient une belle ombre ont été transportés quelque part sous la colline du Guéliz , où ils ne servent à personne , et la moitié ont crevé.

Et pendant ce temps, devant la gare, on a planté des palmiers washingtonia, qui ne donnent aucune ombre. Et on a continué à planter des centaines, des milliers de palmiers washingtonia « ad nauseam », remplaçant les anciens ficus, les citharexylons, et autres beaux arbres variés qui bordaient chaque rue, chaque avenue du Guéliz. Et un grand nombre de ces washingtonia ont été «écorcés», à la veille de la COP22, parce que, soit disant cela fait plus propre ( ???!) . Sans oublier des eucalyptus, sur une place en face de Marjane, arrachés, laissant à nu les immeubles qu’ils abritaient avant.

Mais le pire c’est le sort fait aux oliviers des ronds-points, aux orangers le long des avenues, taillés, retaillés, sculptés en rond pour les orangers, en sortes de chandeliers à plateaux pour les oliviers. Mais les oliviers ne sont pas des sculptures de pierre ! Les oliviers sont des êtres vivants ! Les oliviers sont les arbres les plus symboliques de la Méditerranée, et de la paix. Et les oliviers, comme les autres arbres, nous apportent la vie : ils absorbent le gaz carbonique, dont Marrakech est saturé, et ils rejettent de la vapeur d’eau et de l’oxygène, dont Marrakech a bien besoin. Alors, les tailler comme on le fait depuis quelques années est une véritable aberration écologique. Pour une ville qui s’est targuée d’avoir accueilli la COP 22 , cela devient absurde !

( Je ne parlerai pas ici d’une autre aberration , celle de l’utilisation de l’eau , pour les nombreux golfs, bien sûr , et maintenant pour arroser les pelouses le long des avenues : Marrakech est située dans une zone semi-aride , et ne peut pas se permettre de gaspiller ainsi son eau ! )

N.B: Marie Coste-El Omari habite à Marrakech depuis 1968, elle est l’auteur de «A la découverte de la flore de l'Oukaïmeden, Haut Atlas de Marrakech » (Editions Sarrazines & Co )

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

eMarrakech