eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



MAP - publié le Mardi 28 Février à 12:11

L’Université Cadi Ayyad et la Fondation Jardin Majorelle renforcent leur collaboration scientifique



​Marrakech - L’Université Cadi Ayyad (UCAM) représentée par la Faculté des Sciences Semlalia de Marrakech (FSSM) et la Fondation Jardin Majorelle-Marrakech (FJM) ont procédé, samedi, à la signature d’une convention afin de renforcer leur collaboration scientifique.



Paraphé par le doyen de la FSSM, Moulay El Hassan Hbid et le président de la Fondation Jardin Majorelle, Pierre Bergé, cet accord porte sur des domaines de la recherche scientifique sur la flore de la région notamment la flore du jardin botanique universitaire de la FSSM et celle du jardin Majorelle pour la sauvegarde du patrimoine écologique, historique et culturel qu’ils représentent.

Cette convention signée en marge du colloque du Musée berbère organisé sous le thème "Histoire et mémoire de l’eau en terre berbère" s’intéresse à plusieurs thèmes à savoir la valorisation et préservation des collections de plantes des jardins et de l’herbier régional "MARK" UCAM-FSSM et la réalisation de projets conjoints de recherche et d’expertise dans les domaines d’intérêts conjoints.

Les deux parties s’engagent également à la co-organisation de manifestations scientifiques, culturelles, éducatives et d’ateliers de formation visant le renforcement des capacités de jeunes botanistes, outre la préparation de flores visant la promotion et la connaissance de la flore du Maroc.

Dans une déclaration d’instance M. Bergé a fait savoir que cette convention vient consolider la coopération bilatérale des deux parties, se félicitant du développement remarquable qu’ont enregistré le monde de la culture notamment au niveau des grandes écoles et des établissements d’enseignement marocains.

Il a de même précisé que l’eau célébré lors de ce colloque revêt une grande importance, notamment à la lumière des problèmes climatiques qui sont au centre des préoccupations mondiales, mettant l'accent sur la gestion particulière de cette source vitale au niveau des pays berbères qui utilisaient plusieurs techniques pour arroser leurs terre notamment les "saquias".

De son côté, M. Hbid a souligné que cette nouvelle collaboration va fructifier l’échange avec la Fondation des Jardins Majorelle est profiter, par conséquent, de son expérience réussie en matière des jardins botaniques.

"La faculté Semlalia a transformé ses espaces verts en des jardins botaniques qui vont avoir une utilité du point de vue recherche scientifique en collaboration avec la FJM, outre une plus value pour les activités pédagogiques", a-t-il noté.

Il a, de même, évoqué des projets pour mettre en place des travaux sur une banque de graine pour des plantes qui résistent à la sécheresse et à la pénurie d’eau, dans le cadre d’une approche agro-écologique qui, en collaboration avec la FJM et avec une autre Fondation anglo-américaine de la biodiversité, pourrait bénéficier à un certain nombre de douars de la région.

Initié par la FJM en partenariat avec la FSSM le colloque du musée berbère a traité lors de cette édition l’hydraulique qui, plus q’une technique d’irrigation, constitue un bien commun qui a traversé la Méditerranée depuis les cités médiévales, d’Aghmat à celle de Mertola au Portugal, en passant par l’Atlas et le Souss jusqu’aux vallées pré-sahariennes.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

eMarrakech | 3 questions à | Actualités | Communiqués