eMarrakech
Facebook
App Store
Instagram
Mobile
Newsletter
Rss



Publié le Mercredi 12 Juillet à 14:54

La découverte de Jebel Irhoud a permis de mieux comprendre l'évolution graduelle du cerveau



Paris - La découverte des plus anciens Homo sapiens datant d'environ 300.000 ans à Jbel Irhoud dans la province de Youssoufia (région de Marrakech-Safi) a permis de mieux comprendre l'évolution graduelle du cerveau, ont affirmé, mardi soir à Paris, les professeurs Jean-Jacques Hublin et Abdelouahed Ben-Ncer qui font partie de l'équipe internationale ayant réalisé cet exploit.



Abdelouahed Ben-Ncer et Jean-Jacques Hublin
Abdelouahed Ben-Ncer et Jean-Jacques Hublin
Cette découverte jette la lumière sur le développement, la connectivité et le caractère moderne du cerveau, ont-ils expliqué lors d'une rencontre organisée par l'ambassade du Maroc en France, axée sur le travail remarquable de cette équipe qui a mis au jour des restes d'Homo sapiens primitifs associés à des outillages de pierre et des restes de faunes dont l’âge - autour de 300.000 ans - est de 100.000 ans supérieur à celui des plus anciens Homo sapiens connus jusqu’à présent.

Elle permet aussi de constater la différence au niveau des cerveaux qui sont de plus en plus gros par rapport aux anciennes découvertes, ont-ils expliqué, notant que ces recherches offrent aussi l'occasion de mieux comprendre l'évolution du comportement des hommes.

La découverte désigne sans ambigüité l'Afrique comme le continent d'origine de notre espèce Homo sapiens, ont-ils dit. "Nous sommes tous des Africains", a souligné, à cet égard, le Professeur Hublin.

A rappeler qu'une équipe internationale, dirigée par le Pr Jean-Jacques Hublin de l'Institut Max Planck d'Anthropologie Evolutionnaire (Leipzig, Allemagne) et le Pr Abdelouahed Ben-Ncer de l'Institut national d'Archéologie et du patrimoine de Rabat, vient de découvrir les plus anciens Homo Sapiens à Jebel Irhoud au Maroc.

Les découvertes de Jebel Irhoud font reculer les origines de notre espèce de 100.000 ans et révèlent un scénario évolutif complexe de l'humanité qui implique l'ensemble du continent africain. Elles démontrent qu'il y a 300.000 ans, d'importantes modifications biologiques et comportementales avaient déjà eu lieu chez nos ancêtres directs à travers l'Afrique.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

eMarrakech