L’année 2016 a été très mouvementée dans le monde. Mais, pour le royaume de Mohamed VI, les tumultes ont été un peu plus vifs. Entre dérapage politique et médiatique, mort tragique et autres, plusieurs scandales ont secoué la morale des Marocains cette année et il est de bon ton qu’on en parle pour qu’ils ne se reproduisent plus.

Retrouvez ci-dessous un top 5 des scandales qui ont soulevé du remous au Maroc en 2016.

L’affaire des homosexuels de Beni Mellal

Nous sommes en mars 2016. Au début de ce mois, une vidéo a été publiée sur presque tous les réseaux sociaux du pays et a suscité désarroi et vive réaction de l’État marocain. Sur cette vidéo, on pouvait voir deux hommes nus sauvagement flagellés, car surpris en flagrant délit d’homosexualité.

Pour décourager cet acte, quatre jeunes se sont jetés sur ces deux hommes et leur ont infligé de violents coups. Informées de la situation, les forces de l’ordre qui ont débarqué sur les lieux afin de calmer les tensions.

Après plusieurs assises, la justice marocaine rend finalement son verdict et condamne le couple homosexuel. Quant aux agresseurs, ils peuvent remercier la population qui a fait preuve d’une détermination sans pareille pour les innocenter auprès de l’État. Vox populi, vox Dei !

Le drame du poissonnier Mouhcine Fikiri

Dans la journée du 28 octobre 2016, le poissonnier Mouhcine voit sa marchandise saisie par la police. Dans sa tentative d’opposition à la destruction de ses biens, il fut broyé par une benne à ordure. Sa tragique mort a suscité la rage des voisins qui se sentent lésés par rapport aux autres citoyens du pays. Ils n’ont d’ailleurs pas hésité à entrer en conflit avec les forces de l’ordre. Peu à peu, cette situation qui était juste l’affaire d’une minorité au départ, a suscité un tollé sur l’ensemble du territoire chérifien et a conduit à l’arrestation de plusieurs personnes.

Les propos de Ban Ki-moon sur le Sahara occidental

Le Sahara occidental est depuis des années l’objet d’un conflit entre le Maroc et le front Polisario. Malgré les différentes démarches des organisations internationales, la situation politique de ce territoire n’est toujours pas réglée.

Dans le but d’apporter une fois de plus sa contribution au règlement de la situation, Ban Ki-moon, alors secrétaire général des Nations-Unis, fit un voyage sur Tindouf en mars 2016 pour relancer les pourparlers entre les deux camps. Mais, ce déplacement a été à l’origine d’un remous pendant un bon moment au Maroc. En effet, dans son discours, l’ambassadeur de la paix a qualifié le Sahara Marocain de territoire occupé. Ce bout de phrase est tombé dans les oreilles des Marocains comme un détonateur qui a suscité diverses réactions de la part de la population.

Le dérapage médiatique de 2M

Connu comme la deuxième chaine de télévision généraliste du Maroc, 2M a été au cœur d’un vif scandale en 2016. Comme pour montrer sa participation à la lutte contre les violences aux femmes, cette chaine a posé un acte plutôt scandaleux. Il s’agit en effet d’un tutoriel qui avait pour but d’apprendre aux femmes battues à faire du make-up pour camoufler leurs blessures. Frustrant, n’est-ce pas ?

En tout cas, les internautes n’ont pas tardé à montrer leur colère. Des messages fusaient de toute part. Et, pour calmer les cœurs, la chaine était obligée de publier un communiqué en urgence pour présenter ses excuses au public. Ce n’est qu’après ça que le calme est revenu un tant soit peu avant qu’un autre scandale ne s’éclate.

Les amants du MUR

La politique, ce n’est pas que des propos secs ! Certaines personnalités politiques du Mouvement Unicité et Réforme l’ont compris, mais l’ont démontré de la mauvaise manière. Selon les informations, deux dirigeants de ce bord politique ont été surpris en flagrant délit d’adultère par la police le 20 août 2016. Figurez-vous qu’il ne s’agissait pas d’un adultère politique, mais plutôt d’une infidélité conjugale. Cet incident a heurté l’opinion publique et a été la cause de vives tensions entre les partisans du MUR, ceux du PJD (Parti de la Justice et du Développement) et les partisans d’autres mouvements politiques marocains.

En dehors de ces scandales, le sol chérifien a été le théâtre de plusieurs autres tensions en 2016. Il s’agit notamment de :

  • L’affaire Saad Lamjarred ;
  • L’affaire des déchets italiens ;
  • Le blocage de la VoIP.
PARTAGER
Article suivantLe cours du Bitcoin grimpera-t-il en 2018 ?
Issa
Journaliste durant 5 ans au quotidien Le Matin et passionné par la culture Arabe, c'est tout naturellement que j'ai décidé de m'engager avec le journal en ligne Emarrakech en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here