Les États-Unis sont une Nation qui ne laissent pas indifférents de nombreux marocains. En 2015, on estimait qu’environ 67 000 ressortissants de ce royaume vivaient aux États-Unis et que 1200 d’entre eux sortent chaque année, diplômés des nombreuses universités du pays. Ces chiffres combinés au nombre de demandes d’inscription au programme de loterie pour l’obtention de la Green Card expriment l’attrait que l’empire américain exerce sur les jeunes du Maroc.

Remarquable par son melting pot, ses infrastructures et surtout le « rêve américain » qu’il inspire aux jeunes de par le monde, quitter le Maroc pour ce pays n’est cependant pas une sinécure, malgré la place « d’allié stratégique hors OTAN » qu’occupe le royaume chérifien auprès de Washington. Ne bénéficiant donc pas d’un programme d’exemption de visa, à l’instar de 37 autres pays de la planète, les jeunes marocains voulant aller aux États-Unis doivent alors s’accommoder d’un visa afin de satisfaire leur rêve.

Du Maroc, quel type de visa choisir pour les États-Unis ?

Pour se rendre aux États-Unis, il existe une variété de visas : du visa A1 au visa TPS, le choix est fonction de ce que vous voulez faire au pays du western.

Ainsi, en considérant que la plupart des marocains vont aux États-Unis pour aller travailler, continuer leurs études, faire du tourisme et quelques fois pour se faire soigner, les visas disponibles se classent en deux catégories : les visas non immigrants et les visas immigrants.

Les visas non immigrants ne découlant pas directement sur obtention de résidence

Ils sont au nombre de quatre, à savoir : le Visa Waiver Program ou ESTA, le visa B1/B2, le visa E1/E2 et le visa F1/F2.

Le Visa Waiver Program ou ESTA

Ce type de visa est uniquement réservé aux ressortissants de certains pays d’Europe et d’Asie. C’est une autorisation de séjour en terre américaine qui ne devrait guère excéder 90 jours. Ce n’est donc pas un visa en tant que tel. Faire sa demande d’ESTA pour les USA n’est donc possible pour un marocain que si, en plus d’être marocain , il disposait de la nationalité de l’un des 37 pays bénéficiant de cette exemption de visa accordée par les autorités américaines.

Le visa B1/B2

Contrairement au VWP, ce visa est accordé à toutes les nationalités, donc aux marocains aussi. Il prend en compte les séjours de plus de 90 jours aux États-Unis. Le premier, le visa B1 est décerné à tout personne ne voulant pas travailler aux États-Unis, mais qui souhaite plutôt négocier un contrat, prendre des commandes ou rencontrer un client. C’est donc un visa d’affaires.

Quant au visa B2, il est destiné à un individu voulant faire du tourisme, rendre visite à sa famille, se déplacer pour des activités sportives, musicales ou se faire soigner.

Ces deux visas ont une validité de 1 an, 3 ans, voire 10 ans et permettent de vivre 6 mois d’affilés aux États-Unis.

Le visa E1/E2

Ces deux visas sont destinés aux personnes voulant investir aux États-Unis. Ils donnent la possibilité de séjours illimités sur le territoire américain, car sa validité de 5 ans peut être continuellement renouvelée.

Le visa F1/F2

C’est le visa destiné à tous ceux qui voudraient étudier aux États-Unis. Très demandé, on estime qu’en 2015, environ 819 000 étudiants l’ont utilisé pour pouvoir intégrer un programme académique aux USA.

Alors que le visa F1 est destiné à l’étudiant, le visa F2 est réservé à sa famille (conjoint et enfants de moins de 21 ans).

En outre, un étudiant détenteur du visa F1 ne pourra pas travailler aux États-Unis pendant sa première année d’étude. Quant aux détenteurs du visa F2, il leur est exclu toute activité professionnelle sur le sol américain.

Comment obtenir un visa non immigrant ?

Obtenir un visa non immigrant est un processus qui se fait en plusieurs étapes. Ainsi, selon que le demandeur est un étudiant, un touriste, un malade ou en transit, les étapes varient légèrement. Mais, de façon générale, le processus reste le même.

1ere étape : elle consiste à remplir le formulaire de demande électronique de visa non immigrant (DS-160) sur le site https://ceac.state.gov/GenNIV/Default.aspx.

2e étape : elle consiste au paiement des frais de la demande auprès de la BCMI Bank. Ils s’élèvent à 160 dollars US, soit 1600 dirhams.

3e étape : c’est la prise de rendez-vous. Pour l’obtenir, vous devriez indiquer le numéro de votre passeport, le numéro de référence CGI se trouvant sur le récépissé de paiement des frais de visa et le code à 10 chiffres se trouvant sur la page de confirmation du formulaire DS-160.

4e étape : c’est la rencontre de l’agent consulaire. Au Maroc, la nouvelle ambassade des États-Unis inaugurée en 2014 siège à Rabat Avenue Mohamed VI. La ponctualité est de mise, et vous devriez vous munir des pièces suivantes :
  • la copie imprimée de la lettre de rendez-vous ;
  • la page de confirmation du Formulaire DS-160 ;
  • l’actuel passeport (les anciens également si vous en avez) ;
  • une photo prise au cours des six derniers mois avant votre demande.

Aussi, lors de l’entretien, certains documents justificatifs seront utiles à tous demandeurs. Ces derniers seront examinés par l’agent consulaire, et il s’en servira pour l’échange. Néanmoins, les documents justificatifs varient d’un demandeur à un autre.

Ainsi, un candidat à un visa B1/B2 devra présenter son livret de famille, son contrat de travail, son acte de mariage, son certificat de naissance ou son titre de propriété alors qu’un candidat à un visa F1/F2 devra se munir de ses relevés de notes et diplômes, d’une preuve de soutien financier, de son reçu de paiement SEVIS et du formulaire I-20 délivré par l’établissement dans lequel il s’est inscrit.

Les visas découlant sur une demande de résidence

Ce sont les visas 0-1 (destinés aux personnes ayant des compétences extraordinaires dans les sciences, les arts ou les affaires), L-1 (destinés aux travailleurs devant être déplacés par leur entreprise, de leur pays pour les États-Unis), H-1B (destinés à ceux qui veulent travailler aux États-Unis) et R (pour les religieux).

Le Visa H-1B est le visa américain le plus recherché au Maroc comme partout ailleurs. Comme dit plus haut, il est réservé à des professionnels voulant travailler aux États-Unis. Pour l’obtenir, il faudra préparer un budget d’environ 5000 dollars. Ces frais, si vous êtes sponsorisés, sont pris en compte par l’entreprise qui désire vous embaucher.

Les procédures d’obtention du visa H-1B

Ce visa ne s’obtient pas comme la plupart des visas suscités, car ici, les procédures pour son acquisition sont prises en charge par l’entreprise qui vous sponsorise ou qui vous embauche. À cet effet, voici les différentes étapes à suivre, notamment pour l’entreprise :
  • avoir l’approbation du département du travail américain ;
  • remplir le formulaire I-129 auprès du service d’immigration américaine ;
  • se munir des documents suivants : la copie du diplôme US (il peut s’agir également d’un diplôme étranger équivalent) requis pour l’emploi offert, la copie de l’autorisation professionnelle permettant à l’employé d’exercer ce métier, la copie du contrat de travail passé entre l’entreprise américaine et le postulant du visa, le ou les justificatifs prouvant les aptitudes particulières de la personne à employer.

Présentant de nombreux avantages, ce visa a une validité de 3 ans, avec la possibilité de négocier la carte verte de résident permanent.

La carte verte ou le visa de résident permanent

Il s’agit des visas EB de 1 à 5. On peut les obtenir progressivement en ayant un visa découlant sur une demande de résidence, en investissant aux États-Unis 1 million de dollars ou en investissant dans une zone en difficulté pour un montant minimal de 500 000 dollars.

Si vous êtes à la recherche d’un visa pour les États-Unis, il est donc très important de prendre en compte ces différents critères d’éligibilité afin de ne pas essuyer de rejet.

Alors, bonne chance !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here