Sport roi, le football déchaine les passions non seulement de quelques milliers de joueurs, mais surtout de plus d’un milliard de fans et spectateurs à travers le monde. Cet engouement général autour du cuir rond entretient une industrie gigantesque dont les enjeux énormes donnent parfois lieu à des manœuvres peu orthodoxes et de corruptions. C’est notamment le cas des trucages de matchs de foot qui hélas, ne relèvent pas de simples supputations.

Matchs de foot truqués : une triste réalité

On estime à plus de 1000 le nombre de matchs de foot truqués ces 10 dernières années. Ce vieux fléau bien connu dans le monde du sport touche presque tous les pays et même les compétitions de haut niveau telles que la ligue des champions et la coupe du monde. Pourtant, cette pratique est illégale et donne lieu à des sanctions parfois très lourdes lorsqu’elle est décelée. L’un des cas les plus récents a été enregistré en Espagne où une dizaine de joueurs et de cadres du club Huesca ont été interpellés dans le cadre d’une enquête visant une vingtaine d’acteurs du monde du football et des paris sportifs. Selon les détails fournis par la police, les investigations ont révélé que les personnes visées par l’enquête avaient passé des accords pour truquer plus de trois matchs de première, deuxième et troisième divisions.

Les paris sportifs à l’origine

Les paris sportifs sur internet notamment, constituent le principal motif des trucages de matchs de foot. Avec la multiplicité des rencontres, les paris en ligne représentent un montant faramineux. De plus, après avoir pris les mesures pour influencer le cours du match, les protagonistes misent très gros selon l’arrangement. Ils réussissent ainsi à remporter des paris pouvant s’élever à plusieurs centaines de milliers d’euros. Derrière ce vaste système de fraude se trouvent des organisations mafieuses d’Asie du Sud-est, notamment de Singapour et de Chine qui s’allient à des gangs en Europe. Wilson Raj Perumal, un Singapourien passé maître dans l’art du trucage des matchs de foot a été condamné à plusieurs reprises pour ses forfaits. Le phénomène s’est aggravé au fil des années avec les paris portant sur les statistiques de matchs à savoir :

  • le nombre de buts,
  • le nombre de corners.

Le mode opératoire est la plupart du temps plutôt simple, mais bien rodé.

Pour truquer un match, les cartels engagent généralement un intermédiaire, souvent un ancien joueur qui est chargé de cibler et soudoyer un joueur de l’équipe qui doit perdre. Ce dernier à son tour associe quelques joueurs de son équipe. Les joueurs encaissent une partie de la somme du contrat avant le match et le reste à la fin de la rencontre. Mais parfois, la corruption prend des proportions plus importantes touchant non seulement les joueurs, mais aussi les arbitres, les encadreurs d’équipes et dirigeants de club. Outre l’Espagne qui a été citée en exemple plus haut, plusieurs autres pays européens tels que l’Italie, la Grèce, la Belgique, la Turquie, l’Allemagne et la France ont déjà été touchés par des scandales de matchs de foot truqués.

Les matchs soupçonnés

Suivant de nombreuses informations relayées par différents médias, 680 matchs de foot auraient été truqués entre 2008 et 2011. Parmi les matchs en question 380 au moins ont eu lieu en Europe. Certains matchs de l’UEFA Champions League ainsi que ceux de la coupe du monde sont également indexés. Il importe de le rappeler ici, le principal objectif de ces trucages est de remporter les paris sportifs. Notons que la situation financière pas très reluisante de certains joueurs les emmène à se rendre complices de ces actes qui, il faut le rappeler sont illégaux. Pour que ce fléau puisse être véritablement éradiqué, il s’avère alors indispensable pour les fédérations de football de prendre des mesures idoines.  

Quelques pays où ce phénomène est assez remarqué

En dehors de l’Asie, le trucage de matchs de foot est aussi effectif dans certains pays européens tels que le l’Allemagne et l’Italie.

L’Allemagne, un pays à la pointe

La ville de Bochum était jusqu’en 2009 essentiellement connue pour le club de football qu’elle abrite. Le club en question qui n’était autre que le « Vfl Bochum » est longtemps resté dans la dévorante ombre de son puissant voisin le « Borussia Dortmund ». Le parquet de Bochum s’est toutefois retrouvé pendant trois ans à la pointe suite à une importante enquête révélée par Europol. Selon ladite enquête, l’on pourrait dénombrer environ 380 matchs truqués depuis l’année 2008. Ces matchs truqués auraient engendré pour les personnes mises en cause, un bénéfice d’au moins 8 millions d’euros.

Il s’agirait essentiellement de rencontres des championnats turc, allemand et suisse. Le panel de pays impliqués est comme l’on pourrait s’y attendre bien plus large. Au total, environ 425 entraineurs, arbitres, dirigeants de clubs et joueurs pourraient être impliqués dans ce type d’affaires. Il faut garder à l’esprit que pour pouvoir être assurés du résultat des matchs, d’importantes sommes sont en général remises aux protagonistes. Le principal problème demeure toutefois le fait que l’on a beaucoup de mal à mettre la main sur les principaux cerveaux de ces affaires, car ils se trouvent pour la plupart à l’est, notamment en Asie et à Singapour.

Et la France alors ?

Le Championnat de France ne revêt au premier abord pas moins d’attrait pour les commanditaires des matchs truqués. Dans le football français, l’on retrouve dans de nombreuses divisions, des joueurs dont les salaires ne sont pas assez élevés, surtout lorsqu’on les compare à ceux des joueurs de ligue 1. Ces derniers touchent en moyenne 50 000 euros par mois. Ces joueurs aux salaires peu attrayants pourraient donc devenir des cibles faciles pour les personnes qui s’adonnent au trucage de matchs.

Le nombre de matchs truqués en France est toutefois peu élevé, car ce pays dispose de l’Arjel (Autorité de Régulation des jeux en ligne). Cette structure se charge d’émettre des alertes lorsque sont enregistrées des sommes bien trop élevées pour des paris. Afin de contrer au maximum les trucages, l’Arjel prend aussi le soin d’adapter en permanence son règlement. Comme vous pouvez vous en douter, l’Arjel ne peut pas toujours tout contrôler. Il importe alors que les fédérations sportives se saisissent de l’affaire et prennent les mesures qui s’imposent.

Déjà fragilisé par la présumée affaire de corruption pour l’attribution au Quatar de la coupe du monde de 2020, le football se doit donc de se saisir au plus tôt du problème et d’y trouver les solutions adéquates. Désormais conscientes de leur faible marge de manœuvre en ce qui concerne le démantèlement de ce vaste réseau de criminels, les autorités compétentes recherchent activement des solutions à mettre en place. Bien qu’il ne soit pas le seul concerné par ces problèmes de corruption, le football demeure le plus critiquable, car il est considéré comme le sport roi et il est de ce fait beaucoup plus observé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here