Plus besoin de rappeler que l’avènement de l’Internet a révolutionné la plupart des domaines d’activité inhérents à la vie humaine. On en veut pour preuve le e-commerce, l’e-sport, le e-learning, e-banque… C’est le cas surtout de l’e-télévision qui a aujourd’hui le vent en poupe en termes de la télé mobile. Actuellement, on peut constater avec intérêt le développement des chaînes de télévision un peu partout dans le monde qu’il est possible de regarder grâce à la connexion Internet. Mais si nul n’ignore leurs avantages, il faut dire qu’elles sont perturbées par les démons de piratage. C’est le cas de l’IPTV dont les réseaux viennent d’être démantelés par des polices européennes. Que faut-il donc retenir de cette actualité ? Cet article vous fournira les réponses pour mieux cerner les raisons d’un tel acte.

L’IPTV : que peut-on en retenir globalement ?

Personne ne peut contester le fait que nous appartenons aujourd’hui à une époque de télévision numérique. En effet, depuis quelques décennies, la télévision est passée de l’analogie au numérique. Elle est devenue carrément révolutionnaire avec Netflix ainsi que l’Internet. L’époque où vous n’avez autre choix que de suivre les émissions seulement lorsqu’elles sont diffusées est révolue. Il est désormais possible de regarder la télé comme si l’on navigue sur le Web. En d’autres termes, on dira qu’il est très facile et possible de choisir les émissions selon ses goûts et préférences n’importe quand et n’importe où. Voilà à peu près l’un des visions ou vœux de l’IPTV (Internet Protocol Télévision).

Il s’appuie sur les moyens technologiques liés à la connexion Internet pour diffuser les émissions TV à la demande. Ici, « l’adresse IP » de l’IPTV et la vôtre ou VoIP sont identiques. D’où les programmes de télévision sont diffusés par utilisation d’un protocole Internet. Sur la base de ces différents détails, il convient d’assimiler l’IPTV à une télévision basée simplement sur le protocole Internet. C’est le processus par lequel il est possible d’accéder aux canaux de télévision au moyen de l’Internet.

Autrement dit, l’IPTV traduit la possibilité de suivre désormais les programmes de TV sur les ordinateurs, tablettes et Smartphones.

Comment fonctionne l’IPTV ?

Côté fonctionnement, nous pouvons dire que l’IPTV en France comme dans le monde est soumis à une ossature réseau complexe qui le rend plus fonctionnel. En tout cas, il est contraire au mode de diffusion par câble, fibre optique ou satellite (ondes) des radiodiffuseurs avec des transmissions par impulsions lumineuses. L’IPTV diffuse les films et autres programmes TV par le biais de connexion Internet d’envergure à l’inverse des télévisions classiques.

Rappelons qu’autrefois, les programmes TV étaient transformés en ondes larguées dans les airs. Les antennes installées sur les toits de maison captent ces ondes pour convertir en signaux électriques. Ce sont ces signaux que les postes téléviseurs décodent pour produire les images de même que les sons. Cependant, toutes les formes d’IPTV marchent avec les ordinateurs, les navigateurs Web classiques ou la télé numérique. Et, quel que soit le mode de fonctionnement, les trois (3) services d’IPTV sont compatibles à l’Internet public ou les réseaux privés (connexion Wifi, fournisseurs de téléphonie mobile…). Il est également important d’ajouter que les chaînes TV sur IP utilisent les VOD (Vidéo sur Demande) ou des médias différés contrairement à un planning honoraire précis. L’un dans l’autre, l’IPTV a l’avantage d’obliger votre fournisseur à se soumettre à vos désirs en matière de choix de chaînes de télévision.

Quelles sont les principales versions de l’IPTV ?

S’inscrivant sur le format de l’avènement des télévisions numériques, l’IPTV vous propose trois principales versions à savoir :

La VOD (Vidéo à la demande)

Ce format de l’IPTV vous permet d’obtenir des films pourvu que vous en fassiez la demande. C’est dire donc que les plateformes de streaming de films constituent les fournisseurs de VOD. Cette version n’est soumise à aucune restriction de temps, peu importe ce que vous regardez pourvu qu’il fasse partie des services de droits. Avec l’abonnement à certains services, vous choisissez les programmes TV ou films depuis un large panel que vous regardez simplement.

Les médias en différé

C’est la version qu’on peut appeler « télévision de rattrapage ». Cette formule permet aux abonnés IPTV de suivre les programmes télévisés ou radiodiffusés qu’ils ont ratés pendant l’heure habituelle de diffusion. Cette version d’IPTV diffère de la version VOD par son temps de conservation qui est limité même si les deux formats se rejoignent sur plusieurs points. Impossible de revenir en arrière pour suivre des émissions ratées depuis certaines années. Mais il est tout de même possible de regarder des émissions traditionnelles et programmées à une période qui concordent avec vos disponibilités.

L’IPTV en direct

C’est le média en direct qui vise à transmettre en direct les émissions TV via l’Internet. Vous suivez donc une émission ou un évènement au moment même où il se déroule. Cette version est d’ailleurs la plus utilisée pour les évènements sportifs. Ainsi, il n’est pas rare de voir les passionnés du football suivre les matchs en streaming de foot au moyen de leur Smartphone ou ordinateur. Le sport peut être considéré comme le domaine de TV que l’IPTV a rapidement embrassé. En tout cas, quoi qu’on dise, certains composants sont indispensables au bon fonctionnement de l’IPTV. Il s’agit de :

  • l’utilisation des appareils mobiles (Smartphones, tablettes, ordinateur) parce qu’ils sont disponibles sur le marché français et mondial depuis bien de temps ;
  • l’utilisation d’un VPN favorable au changement régulier de votre adresse IP pour exploiter l’Internet dans un anonymat total. Alors, vous pouvez accéder aux différentes chaînes françaises et bien d’autre peu importe où vous vous trouvez dans le monde ;
  • l’utilisation de la connexion Internet ultra-performante pour mieux profiter des services IPTV depuis votre espace géographique.

Le démantèlement des réseaux illégaux d’IPTV dans certains pays d’Europe comme la France : bonne opération pour les fournisseurs légaux

Nous pouvons répondre à cette question simplement en ces termes : plusieurs réseaux de ce système de télévision pirate ont été démantelés. Il y a quelques jours, une opération policière d’envergure a été menée par les polices d’environ six (6) pays européens. Le but est de mettre la main sur un grand réseau de piratage des sites de télévision payante en ligne. Il est qualifié par la police européenne du plus vaste réseau de piratage des télévisions numériques au monde.

En effet, ce réseau représente des dizaines de millions d’utilisateurs en Europe et à travers le monde. Il permettait aux utilisateurs d’avoir accès à un large éventail de chaînes contre quelques euros seulement chaque mois. Mais les policiers de la France, Italie, Pays-Bas, Bulgarie sont parvenus à démanteler le réseau. Ils ont bloqué plusieurs services IPTV illicites. Par conséquent, votre télé IPTV est désormais muette. Ses 9 000 chaînes dont l’accès est subordonné à un abonnement mensuel et son boîtier vont certainement disparaître des radars d’ici peu.

Il faut dire qu’une journée de perquisition chirurgicalement et simultanément coordonnée a suffi pour en découdre avec ses criminels internationaux de piratage TV. Ce qui vient justifier le fait que les crimes en bande organisée continuent d’étendre leurs bras jusqu’aux infractions massives des droits d’auteur en audiovisuel. De cette situation, on note principalement deux choses :

Les dommages engendrés par le réseau de piratage IPTV

Les dégâts causés aux entreprises de télévision aux institutions tant publiques que privées sont difficiles à quantifier, a évoqué le représentant italien auprès d’Eurojust (agence de coopération judiciaire européenne). La police d’Eurojust va jusqu’à estimer les préjudices causés à plus de 6,5 millions d’euros pour les fournisseurs légaux. Aussi convient-il d’ajouter que cet état de choses constitue une grande menace pour les innombrables fournisseurs légaux de télévision numérique payante. En réalité, l’activité illégale de l’IPTV implique une concurrence déloyale pour les plateformes légalement autorisées. Cela peut entraîner la mise en péril voire la perte des milliers d’emplois.  

Il est également impératif de souligner que HADOPI a évalué à 5 % la proportion des citoyens français qui se sont tournés vers l’IPTV. Pour ces derniers, c’est la meilleure solution pour consommer des contenus sportifs, des films… à coûts très réduits.

Le danger que représente Stream Codes pour le monde des télévisions en ligne

Conçu par deux étudiants (02) grecs, « Stream Codes » apparait comme la solution « tout-en-un » pour une meilleure utilisation d’un service IPTV. Il fut enregistré en Bulgarie comme société avec un numéro TVA local et une adresse dans Petrich pour ses bureaux. Cependant, le Stream Codes ne mérite en au cas d’exister et si il doit exister, il faut qu’il fonctionne dans les limites imposées par les réglementations. Oui, car en fait, il permettait de revendre au mépris de la loi les contenus de nombreux bouquets d’émissions télévisées au client final. Ceci se fait par le biais d’un seul abonnement à 12 euros. Parmi ces lots de programmes figurent ceux des groupes audiovisuels tels que Sky, DAZN, Mediaset, Netflix, Infinity et autres.

Avec plus cinq (5) millions d’utilisateurs uniquement en Italie représentant environ 60 millions d’euros, Stream Codes constitue une source d’intérêts majeurs. L’accès à ses chaînes de télévision est soumis à deux offres attractives que sont :

  • une formule professionnelle moyennant 59 euros/mois ;
  • une formule dite minimale dont le tarif avoisine 15 euros/mois.

À vrai dire, Stream Codes constitue un véritable manque à gagner pour les fournisseurs légaux de programmes de télévision payante en ligne. Les activités illégales d’IPTV rendaient possible des prélèvements, par l’entremise du « PayPal » ou sur des comptes courants, allant jusqu’à 100 000 euros le mois.

Mais le Stream Codes va plus loin encore dans les illégalités parce qu’il résulte à la conversion en données digitales des flux audiovisuels sécurisés par les droits de production. Il s’apparente donc à une dangereuse source de piratage. Selon les sources policières, les 25 membres identifiés dans la bande organisée de pirates informatiques s’occupent des affaires à partir des canaux informatiques mis en place à l’étranger. C’est depuis ces canaux que sont relayés les signaux numériques à une échelle importante y compris la France, le Maghreb…

Évidemment, une enquête dirigée vers l’arrestation de trois personnes physiques et trois entreprises a finalement conduit à la mise à l’arrêt de toute la plateforme Stream Codes. La police déclare aussi avoir pris le contrôle intégral du système avec la coupure de 800 sites et plus de 185 serveurs informatiques. À notre qu’il s’agit ici de composants destinés à la production et transmission de flux audiovisuels pouvant desservir près de 50 millions d’utilisateurs à travers le monde. Les fournisseurs légaux peuvent désormais se réjouir de pouvoir enfin profiter des clients qui servaient autrefois l’IPTV dans ses activités illégales.

Quels sont les aboutissements de l’opération de démantèlement de la plateforme illégale de télévision IPTV ?

À la limite de légalité pour les abonnés, l’IPTV est extrêmement mal vu par les dirigeants européens. Au cœur de ce problème, une bande de pirates des plateformes de TV payante en ligne. Heureusement, une opération de la police européenne a permis de mettre hors d’état de nuire ce grand réseau de trafiquants informatique. Cette opération de démantèlement a abouti aux résultats suivants :

  • la mise hors ligne d’environ 200 serveurs informatiques en Allemagne, aux Pays-Bas et en France dans le la mise en œuvre de l’opération ;
  • l’arrestation de 25 suspects minimum par la police européenne ;
  • le blocage de plus de 150 comptes « PayPal » des faussaires ;
  • la désactivation de la télévision illégale en ligne IPTV (Xtream Codes) qui est, selon la police italienne, la plus populaire au sein du panel des pirates informatiques.

Voilà pourquoi certains utilisateurs d’IPTV peuvent constater des perturbations et même la disparition de ses chaînes de télévision.

Par ailleurs, les responsables de ce réseau de piratage informatique des télévisions numériques seront jugés pour association de malfaiteurs. Il s’agit des actes illégaux ayant pour finalité la production et la commercialisation illicite des télévisions digitales. Leurs actes seront associés à des circonstances aggravantes au regard du délit transnational. En conséquence, ils encourent une sanction de six (6) à trois (3) ans de prison assortie d’une amende d’environ 25 822 euros.  

 Le démantèlement du réseau illégal d’IPTV au Maroc : les autorités de Maghreb en guerre contre les pirates des chaînes de télévision

Il est connu de tous que le piratage des contenus audiovisuels constitue un fléau international. C’est une menace avérée et directe pour les fournisseurs en phase avec la loi sur les droits d’auteurs. Les pirates s’arrangent pour capter les signaux émis par les abonnés légaux pour les rediriger ensuite vers leurs propres plateformes de transmission. Voilà leur mode de fonctionnement pour servir leurs abonnés. Mais un coup très violent vient d’être porté à l’IPTV illégalement installé au Maroc comme dans bien d’autres pays du monde comme la France. Il s’agit du démantèlement du réseau IPTV basé sur Stream Codes.

Cette opération menée par la police européenne a été saluée par les autorités marocaines. En effet, la loi était assez claire sur les activités d’émission en ligne. Lorsque quelqu’un souhaite mener des activités liées au la télévision en ligne, il formule une demande d’attribution de licence particulière pour la diffusion des chaînes. Toujours est-il qu’aujourd’hui, les actions à l’endroit des droits de diffusions de même que des peines financières pour lutter contre le fléau du piratage. Elles constituent des manières fortes pour reculer le piratage des signaux de télévision…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here