Depuis un bon moment déjà, les États-Unis se sont engagés dans une guerre économique contre la Chine. Ce conflit fait suite à des mesures prises par le président Donald Trump pour imposer des droits de douane sur des milliards de dollars de produits chinois. Face à ces dispositions financières qui ne sont rien d’autre qu’un palier dans l’escalade entre Pékin et Washington, la Chine n’a pas tardé à riposter. Résultats : les deux pays se retrouvent dans un bras de fer qui pourrait avoir de lourdes conséquences à la longue tant sur les deux pays que sur le reste. Quels sont les objectifs visés par les USA ? Comment la Chine compte-t-elle mener cette guerre ? Retrouvez les détails sur cette page.

Guerre économique entre les États-Unis et la Chine : ce qu’il faut savoir

La guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales est bien réelle et dure depuis un moment. Le 8 mars 2018 par exemple, l’actuel locataire de la Maison-Blanche a promulgué des droits de douane de 25 % sur les importations américaines de certains produits. Il s’agit notamment de l’aluminium et de l’acier. Si cette mesure économique américaine est applicable à des pays comme la Chine, certaines nations sont exemptées.

Le 22 mars passé, Donald Trump a signé un mémorandum présidentiel pour cibler l’agression économique de la Chine : au total, 60 milliards de dollars d’importations chinoises pour sanctionner le vol de propriété intellectuelle et pour mettre fin à ce qu’il appelle « concurrence déloyale. » Par cet acte protectionniste, le président entend augmenter la productivité et la prospérité des entreprises américaines.

Dès le lendemain de la signature de ce mémorandum, la Chine lance une réforme de son pouvoir d’achat et dévoile une liste de 128 produits américains qui pourraient être taxés de 15 % à 25 % en cas d’échec des négociations avec les États-Unis. D’après le ministre chinois des Commerces, cette liste cible des marchandises qui ont représenté plus de trois milliards de dollars en 2017. Et si le soja était ajouté, les conséquences pourraient être encore plus lourdes. En effet, ce produit représente à lui seul 14 milliards de dollars selon le bilan de l’année passée.

Après de vaines tentatives pour obtenir une solution négociée, la Chine décide de mettre à exécution sa taxe sur les produits ciblés pour répondre à l’attaque des États-Unis. Face à cette réplique, le gouvernement américain lance une deuxième salve en publiant une liste de produits chinois qui pourraient être soumis à de nouvelles taxes. Les secteurs ciblés sont :
  • l’aéronautique ;
  • la communication ;
  • la robotique ;
  • les techniques d’information ;
  • les machines.

Quels sont les objectifs de ces mesures économiques ?

Dans un tweet, le président américain a pourtant assuré : « Nous ne sommes pas dans une guerre commerciale avec la Chine, cette guerre a été perdue il y a de nombreuses années par des personnes stupides ou incompétentes, des personnes représentant les États-Unis. » Il évoque en revanche le déficit commercial des biens avec Pékin qui s’élèverait à 375,2 milliards en 2017. Il poursuit en disant : « Avec le vol de la propriété intellectuelle, ce sont 300 milliards de dollars supplémentaires. Cela ne peut plus perdurer ! »

Que veut-il alors ? C’est bien ça la question qui mérite d’être posée. Toute guerre a des motifs, et Trump a certainement les siens. Son obsession est de réduire le déficit commercial vis-à-vis de la Chine. Par ses différentes mesures, le président des États-Unis entend rapatrier une part majeure de la production industrielle dans plusieurs domaines. Plus fondamentalement, l’idée derrière cette guerre économique contre la Chine est de résister à la rude concurrence que représente ce pays qui subventionne énormément ses entreprises dans les secteurs prioritaires.

La Maison-Blanche annonce de nouvelles taxes

Comme si ces mesures ne suffisent pas, Trump a annoncé, le 17 septembre, la taxation de 200 milliards de dollars d’importations chinoises. Cette mesure concerne essentiellement les produits agroalimentaires, les produits textiles et les produits électroniques (avec des exemptions comme les montres connectées d’Apple ou les casques pour cyclistes).

Ces 200 milliards de dollars s’ajoutent donc aux 50 milliards de marchandises taxées depuis le début du mois de juillet. D’après des informations venant de la Maison-Blanche, il resterait encore 257 milliards de dollars d’importations chinoises à taxer. Si les négociations commerciales n’aboutissent, tous les produits importés de la Chine seront taxés à hauteur de 25 %, annonce le président.

Dans un communiqué, Trump menace de passer à la « phase trois » et taxera 267 milliards de dollars d’importations chinoises en plus des mesures qu’il a déjà prises. Sur son compte Twitter, le président américain affirme « Quand un pays taxe nos produits, disons à 50 % et que nous taxons à zéro le même produit qui entre dans notre pays ce n’est pas équitable ni intelligent ». Il continue en disant : « Nous allons bientôt imposer des taxes réciproques pour que nous puissions imposer la même chose qu’ils nous imposent. Avec un déficit commercial de 800 milliards de dollars, nous n’avons pas le choix. » On pourrait donc bientôt assister à un blocage complet des transactions commerciales entre ces deux puissances économiques.

La réaction de la Chine

En guise de rétorsion, le ministère chinois des affaires étrangères a annoncé qu’elle taxerait 60 milliards de dollars de produits américains supplémentaires. Des mesures punitives seraient même appliquées quelques minutes après l’entrée en vigueur des taxes annoncées par Trump.

Par cet acte, Pékin dénonce la plus Grande Guerre économique de l’histoire et promet d’ailleurs de ne pas tirer la première, mais de faire valoir ses droits auprès de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais, en attendant une quelconque intervention de cette institution, la Chine se dit prête à rendre coup pour coup aux États-Unis. C’est bien ce que l’on peut déduire de ces propos de Gao Feng, porte-parole du ministère chinois du Commerce : « La Chine ne cédera pas à la menace ni au chantage… »

De son côté, le Premier ministre chinois, Li Keqiang souligne : « Une guerre commerciale ne profite à personne, car elle nuit au commerce libre et au processus multilatéral ». Il poursuit en disant « Si un pays veut augmenter les droits de douane, la Chine répondra pour se défendre ».

Les Chinois décident de boycotter les produits américains

Sur les réseaux sociaux chinois, les appels au boycott des produits américains se multiplient. Selon un utilisateur de Weibo par exemple, « la guerre moderne est menée par le peuple et il faut que les fils et les filles de la Chine s’unissent pour boycotter les produits importés des États-Unis. » Un autre utilisateur ajoute : « Je soutiens fermement toutes les mesures commerciales que la Chine prend contre les États-Unis. »

Guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine : vers un conflit économique mondial ?

Le conflit économique entre les deux premières puissances économiques est une situation qui préoccupe beaucoup de personnes. Du côté du Canada, premier partenaire commercial des États-Unis, les mesures économiques imposées par Washington ne sont pas acceptables. De son côté, l’Union européenne laisse une porte ouverte pour un dénouement favorable de ce conflit. Mais, Trump semble être décidé à poursuivre et à renforcer ses mesures économiques. Le monde se dirige-t-il vers un conflit économique général ? Seul le temps nous le dira. En attendant, vous pouvez vous abonner à 24matins.fr pour en savoir plus sur ce sujet et bien d’autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here