En matière de musculation, les marocains sont loin d’être les derniers. En effet, la scène du culturisme au royaume du Rif c’est particulièrement développée ces dernières années jusqu’à atteindre son apogée avec l’organisation du 67e championnat amateur mondial de la Fédération Internationale de bodybuilding en 2013. On peut donc dire que les marocains ont eux aussi cédé à la tentation du culturisme, et développé un réel appétit pour cette discipline à la fois physique et esthétique qui consiste à gagner de la masse musculaire et exposer son corps athlétique face à un jury.

Découvrez dans cet article le dynamisme du secteur de la musculation au Maroc et les nouveaux visages du culturisme en Afrique du Nord. Nous vous présentons en effet tous les nouveaux talents à suivre de près, ainsi que ce qui se cache derrière la pratique de ce sport de l’autre côté de la Méditerranée.

Présentation de la scène culturiste au Maroc

Les marocains sont des fondus de culturisme. En effet, selon les dernières statistiques en la matière, la Fédération Royale Marocaine de Bodybuilding compte aujourd’hui plus de 2 000 salles et 15 000 adeptes de ce sport, répartis dans tout le royaume. Et force est de constater que cet engouement n’est pas nouveau, puisque les marocains se passionnent pour la musculation depuis les années 1940.

Les marocains se passionnent pour la musculation depuis les années 1940

C’est pourtant dans les années 1980 que ce sport prend vraiment son essort, notamment via la culture populaire et le cinéma et plus particulièrement à travers les rôles incarnés par le mythique Arnold Schwarzenegger (dont Conan le Barbare). C’est d’ailleurs toujours lui qui crée l’engouement quand, en 2012, la Fédération Internationale de Bodybuilding choisi le royaume du Rif, et en particulier la ville de Marrakech pour accueillir sa 67e rencontre dédiée aux amateurs. Une première pour un pays d’Afrique, qui permet de mettre en valeur le rayonnement du Maroc dans ce sport et récompenser la passion et la détermination de ses représentants à travers le pays.

Qui sont les meilleurs bodybuilders marocains : profils, palmarès et mensurations.

C’est surtout l’occasion pour le Maroc de montrer ses capacités d’infrastructures et le talent de ses athlètes. Pendant une semaine, le pays accueille plus de 800 participants, venant d’une centaine de pays différents. Le parrainage d’Arnold Schwarzenegger est là aussi un important coup de pouce pour cette scène du culturisme émergente, mais qui n’a cessé de croitre depuis.

Entre rêve d’Orient et dopage

Ce qui caractérise la pratique de ce sport au Maroc, c’est certainement le sérieux et la détermination de ces athlètes. Si la vente et l’utilisation de produits dopants est interdite par la loi, les anabolisants restent assez faciles à trouver, mais pas toujours plébiscités par les bodybuilders marocains, qui craignent ses nombreux effets secondaires, comme les risques de cancer, de maladies cardio-vasculaires, ou encore de stérilité.

Dans les salles de musculation de la capitale, on retrouve des hommes de tout âge et classe sociale confondus. L’ambiance est électrique pendant les sessions d’entrainement, les injures et les cris fusent pour trouver la motivation de soulever des charges toujours plus lourdes, de se dépasser toujours plus loin. Mais le résultat est là, et la musculature des meilleurs bodybuilders que nous avons pu rencontrer au Maroc font leur fierté, arborée sous des vêtements courts qui laissent entrevoir une masse impressionnante (quand le climat l’autorise).

L’entraide est aussi de mise, et chacun s’encouragent pendant les exercices les plus difficiles, se claquant les cuisses et s’invectivant à donner le meilleur de soi-même. Certains rattrapent la barre lorsqu’il sent le corps de son camarade trembler sous l’effort, mais avec suffisamment de soutien, et quelques tentatives plus tard, les mêmes bodybuilders arrivent à l’impossible, défiant la gravité en soulevant des barres toujours plus lestées, et en rêvant des plus grands concours internationaux.

Car des rêves, les bodybuilders marocains en ont plein la tête. Qu’ils soient amateurs, pros ou entraineurs, ils rêvent de participer aux compétitions nationales marocaines (organisées à Kenitra, Megnès, Youssoufia ou encore Casa. Beaucoup rêvent aussi de s’expatrier plus à l’Est, en particulier en Arabie Saoudite ou au Qatar, où les championnats sont plus nombreux, et les chances de se faire connaître plus sérieuses.

Beaucoup rêvent aussi de s’expatrier plus à l’Est, en particulier en Arabie Saoudite ou au Qatar

Les 5 meilleurs bodybuilders marocains

Passons maintenant aux 5 figures montantes du culturisme au Maroc. Retenez bien ces noms, car vous risquez d’en entendre parler dans les années à venir.

Fehd Karouani

Même s’il est né à Marseille en 1985, Fedh Karouani est originaire du Maroc, ou il a grandi avant de rejoindre la capitale Française. Vainqueur de trois compétitions nationales en France, il s’illustre rapidement dans le domaine du culturisme, mais aussi dans d’autres sports comme l’équitation, les disciplines de combat et le foot.

La consécration arrive en 2012 quand il remporte le grand Prix de Casablanca, puis le championnat Ids à San Diégo deux années plus tard.

Mohammed Touri

Mohammed Touri fait partie des jeunes espoirs de la musculation au Maroc, après s’être fait connaître lors de nombreuses compétitions organisées par la IFBB. Depuis 2008, il trône à la huitième place du circuit mondial du royaume du Bahreïn, et remporte l’année suivante la seconde place du championnat (dans la catégorie des 90 kilos).

Ce n’est qu’encore une année plus tard qu’il devient champion mondial à Bakou (Qatar), s’illustrant par une performance extrêmement intense.

Adil Chahmi

Né à Casa, Adil Chahmi a remporté la première place du championnat national marocain en 2009 (dans la division 90 kilos). Extrêmement passionné et motivé par la musculation, il poursuit sa carrière depuis.

Mustapha Mouss El Bakkouchi

Originaire de Meknès, Mustapha El Bakkouchi (que l’on surnomme Mouss dans le circuit) est un sport passionné qui a fait carrière aussi bien en Amérique qu’en France. Sacré champion du monde en culturisme en 2007, il est classé premier toutes catégories confondues en 2010 à l’Emerald Cup.

Passionné aussi bien par la fonte que les sports de combat, il arrive à la quatrième position du championnat le plus emblématique pour les bodybuilders en 2011 : Mr. Universe, où il s’illustre par une performance aussi intense que technique.

Omar Riahi

Pour finir ce top des 5 meilleurs bodybuilders marocains, découvrez le profil atypique et ultra prometteur de Omar Riahi, qui s’est classé à la sixième position du Arnold Classic Amateur Europe en 2012, dans la division des sportifs pesant moins de 80 kg. Il y a fort à parier qu’on entendra encore longtemps parler de lui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here