eMarrakech



Publié le Lundi 22 Mai à 13:15

Exposition monographique "Les carnets de Marrakech et de Tanger, photographies de Jellel Gasteli en hommage à Abdelwahab Meddeb" à l'IFT



Tunis - Une sélection de 15 photographies issues des déambulations de Jellel Gasteli réalisées sur les pas de feu Abdelwahab Meddeb dans les ruelles de Marrakech et de Tanger sera présentée dans le cadre d'une exposition monographique en grand format de Gasteli inspirées des carnets inédits du poète et philosophe Abdelwahab Meddeb dédiés aux villes de Marrakech et de Tanger.



L'exposition qui se tiendra à la galerie de l'Institut français de Tunisie (IFT) du 25 mai au 11 juin 2017, informe un communiqué de presse l'IFT, propose à voir également une partie des carnets manuscrits d’Abdelwahab Meddeb (décédé le 5 novembre 2014), ainsi que deux ouvrages sur lesquels les deux auteurs ont collaboré ensemble.

C’est autour de Marrakech et de Tanger, villes que Abdelwahab Meddeb affectionnait particulièrement que revient la primeur de la mise en lumière de ses carnets manuscrits. Jellel Gasteli, ami de l’auteur, découvre auprès de l'épouse de Meddeb les manuscrits notamment sur Marrakech, Tanger, Fès, Tunis, Le Caire et demande à les lire. Ils décident ensemble de donner un écho photographique à ses carnets dont la précision des descriptions ciselées en quelques phrases notées à la volée, sans ponctuation, les portraits rapides, la fulgurance des émotions, l'urgence de l’écriture sur le vif et précision du trait, constituaient les notes à partir desquelles Adelwahab développait plus tard ses textes définitifs. Jellel Gasteli est né en 1958 à Tunis. Après avoir vécu et travaillé entre Tunis et Paris, il vit actuellement en Tunisie.

Il est régulièrement l’invité d’institutions publiques et participe à des évènements culturels consacrés aux artistes africains, comme entre autres, la série "Eclipse" présentée dans le cadre de l’exposition Africa Remix en 2005, une série de portraits de tunisiens issus d’une double culture qui a été présentée en 2006 à l’Institut du Monde arabe dans le cadre de l’exposition Regard des photographes arabes contemporains.

Sa série "Rock the kasbah", qui se démarque et rompt intentionnellement avec l’inflation d’images d’actualités qui ont été diffusées sur la révolution tunisienne, a été présentée à l’Institut du Monde arabe à Paris en 2012 dans le cadre de l’exposition "Dégagements… la Tunisie un an après".

Ses œuvres font partie de collections publiques, comme le Fonds National d’Art contemporain (Paris), l’Institut du Monde arabe (Paris) la Maison européenne de la Photographie (Paris), le Solomon R. Guggenheim (New-York), le Museum Kunst Palast (Düsseldorf),la Sindika Dokolo Collection (Luanda) et le Ministère tunisien des affaires culturelles.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Marrakech